Lisle tient son nom du latin "insula" qui signifie "île".

Il est actuellement certain que notre village subit une occupation médiévale. Puis plus tard une occupation Gallo-Romaine.

Vers 1211, Lisle devient une ville-close, c'est à dire que toutes les habitations se regroupent autour du château afin d'acquérir la sécurité en cas de siège.

Au cours des guerres de religion, Lisle connaît son plus grand siège du 13 au 28 juillet 1593. La ville étant fidèle au roi catholique est assiégée par les troupes calvinistes dirigées par le Sire d'Aubeterre. Ce dernier, furieux de la résistance qui lui est opposée, monte à l'assaut des remparts le 28 juillet. C'est sans compter sur la présence parmi les résistants, de Marguerite Peyrou, fille du fournier banal. Celle-ci tire un coup d'arquebuse et blesse le Sire d'Aubeterre qui meurt au Moulin du Pont. Les calvinistes lèvent le siège
et la ville est sauvée.

C'est seulement sous le règne de Louis XIV, que la bravoure de la jeune fille fut reconnue. Il offrit une plaque de cheminée à son image; celle-ci trône maintenant dans le hall de la mairie.

Après quelques recherches,
il est apparu que Lisle semble être une bastide.

En effet, une bastide est édifiée selon un principe d'urbanisation révolutionnaire pour l'époque, en rupture avec le schéma classique de la cité médiévale construite autour d'un château ou d'une abbaye.

La bastide se caractérise par son plan régulier, en forme d'échiquier ou de damier, composé de rues parallèles et perpendiculaires, articulées autour d'une place centrale.

Ce phénomène a surtout eu lieu dans le Sud-Ouest de la France entre le XIIIème et le XIVème siècle.

Actuellement, on estime le nombre de bastides à 400.

Lisle semble être une bastide de rivière, car elle est établie en bordure de rivière avec un axe parallèle à cette dernière. Elle est également située en vallée et est donc par conséquent une zone de passage, traversée par une grande voie de communication.

Ses places, son église et sa halle sont autant d'indices qui nous conduisent à croire que Lisle est bel et bien une bastide.


Blason de la Porte de Puyferrat